Dynasty-Samurai Warriors, le Forum

Tout sur Dynasty Warriors, Samurai Warriors, Warriors Orochi, Kessen...


 

SiteSite  FacebookFacebook  DiscordDiscord  AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ballade en pleine ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aeria
Sous Officier
avatar


MessageSujet: Ballade en pleine ville   Jeu 6 Aoû - 2:09

Aeria était dissimulée dans les arbres aux alentours de l’entrée de Luo Yang. Elle regardait le combat avec envie. Elle regardait cet inconnu, en armure noire, maitriser Cao Pi avec une agilité incroyable. Ils ont mentionnées Orochi, pendant leur combat. Qui était-il ? D’où venait-il ? Aeria n’avait jamais écouté les légendes à propos de guerriers légendaires. Après tout, pourquoi l’aurait-elle fait ? Elle ne traque qu’une seule personne, les autres sont aussi inutiles que les yeux d’un aveugle. Bien évidemment, si ces « guerriers » étaient sur la route, Aeria n’aurait d’autres choix que de leur livrer bataille. La peur ? Elle ne l’a jamais ressentie. L’angoisse ? Non, elle serait envieuse de livrée une véritable bataille.

L’excitation mêlée au sang n’était qu’un mélange trop parfait pour Aeria, qui mourrait d’envie d’exécuter une autre personne. Elle caressait son cheval d’un poil noir écarlate, et grimpa finalement sur sa selle, tout juste lavée. Elle fit « marcher » son cheval, afin de se rendre là où la bataille avait été livrée. Elle regarda la marre de sang qui se mêlait au sol, maintenant glissant, qui avait pris une forte teinte lavande. Elle passa son chemin, pour ne pas éveiller l’attention des personnes présentes. Elle regarda la ville de Luo Yang, rien que les maisons étaient splendides. Aeria n’aurait point soupçonné que cette ville était aussi grande. Dire que ce devait être là, que Cao Pi allait se rendre. Pourquoi ? Que pouvait-il l’intéresser ici ? Rien, c’est ici qu’il a était humilié par Xiahou De. Peut-être sa revanche ? Mais Xiahou De avait disparut. Etrange. Aeria défit la scelle de Zéro et continua d’explorer la ville, en tenant son fidèle destrier par la selle. Il faisait horriblement chaud, rien que les pommes vertes prenaient une petite teinte rose…

Elle exagérée, c’est vrai. L’assassin regardait les marchands de nourriture, quant elle arriva à une fontaine. Bien décidé à se reposer, elle s’assit sur cette fontaine qui, malencontreusement, lui envoya quelques litres d’eaux sur la figure. Ridiculisée, elle ôta son couteau de sa poche, mais réfléchit tout de suite : exécuté des passants en public, elle n’aurait jamais fait plus idiot. Elle avait envie de les tuer, cette envie allait prendre le dessus, mais sa conscience humaine reprit le dessus. Pourquoi les éliminer, à part s’attirer des ennuis ?

Elle n’avait guère envie de continuer l’exploration, mais il allait bien falloir, pou découvrir ce que venait faire ici Cao Pi. Elle avança, devant elle, elle voyait en fin le palais de Luo Yang. On dit que la dirigeante du Wei est une folle, mais bon… Elle en aura le cœur net quant elle pourra lui parler, c'est-à-dire pas tout de suite. Il fallait qu’elle finisse son exploration des lieux, essaie de se repérer dans cette ville immense.

Ce qui ne sera pas de tout repos, étant donné que notre belle tueuse devait encore avaler les trois quarts de la ville. Oui… Non, elle décida de s’arrêter à la prochaine auberge qui arrivait. Elle vadrouilla encore, et arriva dans un quartier qu’elle ne connaissait pas, mais alors pas du tout. Elle regarda les alentours, en affichant un regard du genre : « ça je ne connais pas, ça non plus… » Elle attendit d’être seule, quant elle dit tout haut :


« Et puis je sais même plus d’où je viens ! »

Elle était humiliée intérieurement. Elle regarda les cinq chemins possibles, euh, am stram gram ? Ok, elle prit un chemin au hasard, et une succession d’autres chemins. Apparemment, cela devait être le quartier pauvres, les murs et maisons délabrés, les jardins en piteux état. Elle marcha, courra, pour sortir de ce cauchemar, lorsqu’elle aperçu la fontaine. Quoique, c’est plutôt ici, qu’elle a était mouillé et ridiculisé en place publique. Elle regarda les alentours et se dirigea vers le palais. Pourrait-elle faire une rencontre… Intéressante ? Elle y croyait, un point c’est tout.


*Cao Pi, vivement que mon couteau soit sous ta gorge, et que je lèche le sang dégoulinant de ma lame…*

Alors qu’elle marchait de plus belle vers le palais, elle se rappela bien vite de l’objectif de sa mission, qui avait été emmené à Wu Zhang par un gros bourrin… Hésitante, elle décida toutefois de ne pas accomplir sa mission, elle préféra explorer la ville, en priant intérieurement de ne pas se perdre… Le palais était droit devant, elle avança alors… une impasse. Deux chemins sinueux se dessinaient sur ses côtés, droite ou gauche ? Elle n’en savait rien. Elle prit la droite, espérant qu’elle se retrouverait au Palais. Les structures étaient de plus en plus belles, et des statues grandioses dominaient le chemin. Les aristocrates ne devaient pas lésiner sur les Yens pour s’acheter tout ça !

Quant aux jardins, ils étaient somptueux : les roses y étaient par centaines, les arbres fleurissaient et donner leurs fruits, rien ne puis exprimer ce qu’elle ressentait à cet instant… Mais, hésitante, elle continua son chemin. Si elle se trouvait dans le quartier riche, le palais ne devait plus être bien loin, et elle espérait découvrir pourquoi il serait venu ici. Le palais apparaissait enfin aux yeux de la jeune fille, et elle remarqua son architecture totalement ahurissante. Rien que de l’extérieur, il était magnifique, des balcons à perte de vue, pas une brique qui sorte du lot… Qui était celui qui l’avait construit ? Elle n’en savait rien du tout, mais elle ne chercha pas à le savoir, elle se précipita vers le palais et alla vers la porte d’entrée, des centaines de visiteurs, des gardes qui surveillaient l’entrée. Elle eut une idée de génie.

Elle retourna en arrière et attendit qu’un marchand fût seul pour l’abattre sauvagement, d’un coup de poignard en plein estomac (faut bien que je détaille…). Elle prit ce qu’il portait, et marcha insoucieusement vers le Palais. Elle était loin dans la file d’attente et devrait attendre quelques minutes. Enfin, elle arriva aux portes du palais, en or. Les gardes fouillèrent sa cargaison, et la laissa finalement passé. Le palais, de l’intérieur, il était encore plus somptueux : tout les meubles étaient en or, les tableaux jonchés les murs, les sculptures ne se faisaient pas des moins rares. Elle vadrouillait un peu, attendit qu’elle était seule (ce qu’elle fit avec une grande difficulté, vu le nombre de visiteurs) et retira sa marchandise. Elle vadrouilla un peu, le Palais étaient encore plus spacieux que la ville ou quoi ?! Elle oublia très vite sa missions, elle regardait juste les environs, totalement magnifique.

[ => Le Palais ]

---

HJ : C'est petit, comparé à Cao Pi et Lu Bu, je l'avoues...
Revenir en haut Aller en bas
 
Ballade en pleine ville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chiclana-Barrosa, 5 Mars 1811 (Natalia Griffon de Pleineville)
» [CXL] Saint Gapour: Ville en danger?
» Comment construire l'Hôtle de ville ?
» [Tuto] Créez une ville en mode Expert
» 9 cartes et 1 ville du mode planète

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dynasty-Samurai Warriors, le Forum :: Territoires de Chine :: Luo Yang-
Sauter vers: