Dynasty-Samurai Warriors, le Forum

Tout sur Dynasty Warriors, Samurai Warriors, Warriors Orochi, Kessen...


 

SiteSite  FacebookFacebook  DiscordDiscord  AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le village d'Ira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Li Dian
Sous Officier
avatar


MessageSujet: Le village d'Ira   Mer 31 Mar - 20:19

I – Les préparations :

A peine, les trois guerriers étaient arrivés à l’entrée du château de Koshi, ils prirent des provisions, et partirent retrouver la petite armée qu’Orochi allait leur confier pour cette mission. Les troupes s’étaient installés à un campement un peu plus loin du château, aux alentours de Koshi, il y avait des tonnes de campement de soldats, ils étaient immenses, les démons sont tellement nombreux qu’il est impossible de savoir le nombre exacte de troupes.

Après à peine 5 minutes de marche, ils retrouvèrent l’officier qui allait assister les guerriers lors de l’assaut du petit village d’Ira. Ce petit village n’était rien, il n’y avait que des fermiers, des pécheurs, des marchands et une petite garnison de soldats la bas, rien de bien méchant. Mais comme la résistance avait mis son nez la dedans, le village avait établi des défenses et la garnison du village avait plus d’armes et plus de ravitaillement, mais sa ne les sauvera pas de leur destin tragique.

Les troupes d’Orochi ne voulant pas perdre de temps, firent vite et la petite armée marcha alors en direction d’Ira pour faire un massacre.



II – Le village d’Ira :

Le voyage ne fut guère long, les troupes d’orochi étaient rapides à se déplacer et de plus ils s’épuisaient moins facilement qu’un être humain, du coup l’armée ne fit presque pas de halte lors de ce voyage. Li Dian était devant les troupes et avançait avec son cheval aux cotés d’un officier orochien, Cao Pi et Aeria étaient restés à l’arrière de l’armée.

Tout en continuant d’avancer, on pouvait voir que le paysage changeait, il y avait de la végétation et de la faune, il n’y avait pas de nuage, le ciel était bleu clair, avec quelques nuages par ci par la, et le soleil brillait beaucoup, ce qui ne plaisait pas aux soldats orochiens. Mais ils n’eurent pas besoin de grogner longtemps, car comme par magie, des ciels sombres arrivèrent de nulle part, et avançaient en même temps que l’armée, il se mit à pleuvoir et des éclairs suivi de tonnerres apparurent.

Dian regardait ce paysage, maintenant devenu sombre, avec joie, il n’était pas mécontent, quelque chose en lui changeait, mais il ne comprenait pas quoi et il ne savait pas pourquoi il changeait comme cela, l’épée lui jouerai t il un tour ? Ou est ce parce qu’il est au service du mal désormais ? Ces questions se répétaient dans sa tête à longueur de journée, tout le temps et tout le temps.

Tout d’un coup, Dian vit de la lumière au loin, et il vit que c’était le village d’Ira, il était la à quelques mètres d’eux. Il sourit et entendit des cloches provenant du village, les résistants les avaient aperçues, et sonnèrent l’alerte… pour l’attaque surprise c’est raté, mais Dian s’en fichait, tant qu’il détruisait ce village pour accomplir sa tache, il sera satisfait, tout comme Orochi. Li Dian se retourna alors, regardant les démons attendre l’ordre d’attaquer.

« Soldats ! Ces hommes n’ont pas voulu se ranger auprès de notre seigneur, de notre maitre ! Ils ont préféré choisir le camp ennemi et donc ils ont choisi leur voie, ils préfèrent donc mourir alors donnez leur ce plaisir, n’ayez pas de pitié ! Anéantissez-les ! Tuez les tous ! Bruler moi ce village, ce soir le village d’Ira sera rayé de la carte ! »

Les troupes d’Orochi crièrent et foncèrent sur les défenses ennemies tel des barbares, l’attaque du village avait ainsi donc commencé, mais Dian ne partit pas sur le champ de bataille tout de suite, il prit avec lui quelques soldats et s’adressa a Cao Pi.


« Je vais faire une attaque surprise, je vais attaquer leur base de ravitaillement avec ce groupe de soldats. Amuse toi bien mon ami, ce n’est pas souvent qu’on a cette occasion de massacrer des personnes innocentes »

Il sourit diaboliquement à Cao Pi et partit au galop suivi d’un petit groupe de soldats, Dian allait préparer une attaque surprise que l’ennemi n’allait surement pas oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Motonari Mōri
Le Seigneur déchu
Le Seigneur déchu
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Sam 17 Juil - 12:45

** Cao Pi’s back in action **


Pour une fois, alors que dernièrement tous les voyages qu’avaient accomplis dernièrement Cao Pi étaient plutôt longs, ce trajet se fit sans trop de haltes. Et pour cause, les troupes d’Orochi n’ont rien à voir avec les soldats de la résistance, ils supportent bien mieux les changements climatiques et résistent plus longtemps à la fatigue. Marcher durant des heures ne les gêne point et la faim ne les affaiblit pas plus que cela. Et très vite, des signes très distincts montrent que des habitations étaient à l’horizon. C’était le village d’Ira.

La mission était claire, ne laisser aucune trace de leur passage. Il fallait tout faire disparaître. Mais y arriveront-ils sans problème alors qu’il y a peu les personnes qui se trouvent dans ce village étaient leurs alliés ? Li Dian ne perdit pas une seule minute et fomenta un plan. Une attaque surprise... Avec quelques hommes, il ira les surprendre en attaquant leur base de ravitaillement. Il faisait ce qu’il pensait être le mieux selon lui. Quelque chose qu’apparemment Cao Pi ne partageait pas... A croire qu’il avait complètement oublié à qui avait été donné le commandement de cette mission... Mais il s’en fichait éperdument, après tout, cela pimenterait plus les choses.

« Qu’il en soit ainsi... » soupira-t-il.

* Se prendre la tête en prenant la base de ravitaillement d’un village aussi médiocre ? Comme il veut après tout... Il est assez grand pour savoir ce qu’il fait. *

(...)

« Bon, c’est pas tout ça, mais ce village ne va pas disparaître tout seul... Dommage. »

Il y avait quelque chose dans l’intonation de la voix de Cao Pi qui faisait penser que quelque part, autant cela lui déplaisait d’être là à faire ce « sale » boulot qu’autant on aurait dit qu’il avait l’air très content rien qu’à l’idée de pouvoir faire un massacre « gratuitement ». Très déroutant pour ses hommes derrière qui n’attendaient maintenant qu’un ordre de la part de leur chef.

Il se retourna et fit face à ses soldats. Les troupes que Li Dian avait emporté avec lui, pas les reptiles du Roi Serpent.

« Puisque Li Dian est parti les attaquer depuis ce qu’il pense être un point stratégique, nous, nous irons directement par la porte principale. Il n’y a pas besoin d’établir un long et inutile plan pour venir à bout d’un village comme celui-ci. Néanmoins, j’ai ma petite idée sur comment nous allons nous y prendre...

Puis, il se tourna vers les reptiles, il avait aussi des indications à leur donner. Pour que le plan se déroule de la meilleure manière qui soit, il fallait que tout se déroule selon ses directives.

C’est très simple, nous allons les infiltrer et les massacrer de l’intérieur dès que le moment sera propice.

La stupéfaction gagna les soldats humains, cela pouvait se voir à leurs têtes comme s’ils se disaient : Mais à quoi pense-t-il ??? ... Mais Cao Pi continua d’expliquer sa stratégie, très sûr de lui, d’autant plus effrayant...

Le but étant de nous faire passer pour des résistants qui fuient face aux troupes d’Orochi. Nous n’aurons aucun problème de ce côté-ci, ils nous ouvriront très facilement leurs portes. Nous n’avons en aucun cas l’air de faire partie de l’armée du Démon.

Puis, plus nous arriverons à gagner la confiance des villageois, chose très aisée vu la situation qui va se créer, et plus la trahison et l’approche de la mort sera grandissante en eux. Il n’en sera alors que plus jouissif quand il s’agira de leur infliger le coup fatal !

Il sourit alors, avec un regard des plus sadiques... Digne des grands méchants des histoires.

De plus, si Li Dian arrive à les avoir par « surprise », il ne leur restera plus aucun point de fuite, ils seront faits comme des rats. Pourri de l’intérieur et attendu à l’extérieur. Aucun moyen de s’en sortir... Un plan machiavélique... Ils seront gagnés par la peur, la haine. La panique va les gagner, un mélange de sentiments va les faire perdre la tête. Ils ne sauront plus vers qui se tourner et à ce moment-là, ils seront perdus...

Il serait tellement simple d’entrer et de tout massacrer vous me direz. Je vous répondrai que non, il faut leur montrer qui nous sommes et qu’ils doivent nous craindre, nous redouter. Ils connaissent déjà la puissance de l’armée d’Orochi. Nous, nous sommes là pour leur infliger plus que la peur.

Cao Pi dégaina son arme, s’entailla les bras et les habits. Stupide ? Non, arriver sans une égratignure devant eux alors qu’il est poursuivi par une horde de soldat d’Orochi, crédible ?

Puis, tout en levant son arme vers le ciel, cria :
LE DESESPOIR ! Allons lire le désespoir sur leurs visages !!!! »

* Je sens que cela va particulièrement être drôle (rires intérieurs) *

C’est ainsi que Cao Pi, à la tête de son petit groupe s’avança vers la porte principale du village, faisant mine d’être paniqué, sourire aux lèvres à l’idée de ce qui allait très bientôt se passer...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aeria
Sous Officier
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Sam 14 Aoû - 22:44

Le Village en Crise | L’arrivée Inattendue d’Aeria

Aeria, ainsi que ses deux compagnes d’Armes, venait d’arriver vers les plaines contournant et avoisinants le village d’Ira, leurs destinations, leurs destructions prochaines. Aeria avait changé son mode d’opération. Du meurtre fortuit du petit Boulanger du coin à l’éradication totale d’un village, Aeria s’était vue totalement bouleversée par ce changement brusque. En fait… Pas vraiment. Disons qu’elle fut un peu surprise. Orochi l’avait envoyée décimée un village. Elle… L’Assassin de Renom. Pourquoi … ? Y avait-il quelque chose dans ce village, pour qu’Orochi l’envoie là-bas, alors que ce n’est pas normalement dans ses habitudes ? Ou alors, Orochi était débile, ce qui, au vu de la raclée que prenaient les Serpents face à la Résistance en ce moment, n’étonnerai pas Aeria plus que ça. Bref, elle s’ennuyait à mourir, et on peut dire que sa gaieté l’avait abandonné. S’ennuyant, elle s’imagina en train d’éliminer les Villageois, et ainsi, se remonter le moral. Oh oui, Aeria s’amuserait comme une folle dans ce village. Arrivée à destination, du moins, assez proche du Village, Li Dian alerta les compagnons qu’il allait détruire le Dépôt de Ravitaillement. Cao Pi se lança dans l’explication d’un plan qui se voulait intéressant, mais Aeria quitta les Soldats restants d’Orochi et continua vers le Village. Là-bas, elle fut légèrement contrariée, force est de constaté, que la Porte du Village était fermée, et que quelques gardes s’y trouvaient. Fort bien pour l’ennui incommensurable d’Aeria, elle allait donc utiliser ses pouvoirs pour faire gâter les Choses à la Porte Principale. Tiens… Ses pouvoirs, d’où les tenaient-elles ? Oui, c’est vrai, en quel honneur Da Ji auraient donné des pouvoirs à Aeria ?... Aeria s’approcha de la porte et les Gardes l’interceptèrent… Elle se mit à marmonner quelque chose.

Et là voilà partit. Une aura totalement démoniaque sortit d’elle et se mit à grandir, pour au final, atteindre la taille de la Porte. Cette aura était visible à tous, même pour ceux n’ayant une once de Magie en eux. Aeria releva la tête en les regardant. Ses yeux… Leurs Orbites, tout, étaient absolument Noirs. Elle regarda les Ennemis qui ne daignaient absolument plus bouger, et d’un coup, son aura rétrécit, pour revenir à Aeria. Elle les avait plongés dans une illusion assez surprenante… Et assez délirante, de quoi les vaincre suffisamment de temps pour qu’elle puisse passer la porte. Ceci dit, cette aura sortit cette fois-ci des mains d’Aeria, frappant le sol, qui l'envoya dans les airs... Aeria rentra donc dans le Village, sous les regards apeurés des Villageois, qui l’avaient encerclés, et la dévisageaient, ébahis.


Elle plongea son regard sur un homme vêtu de Marron, et d’une bure le cachant, qui n’était pas dans la foule. Qui était-ce ? Oh, elle, l’avait reconnue, pour l’avoir combattue tant de Fois. Hermit (mon PNJ). Il était décidément en vie ! Elle finit par détacher son regard et vit les Gardes qui s’approchaient d’elle. Hésitante, finalement, elle sorti son Katana, et, tout en tenant le manche de la main droite, elle tint la lame de la Main Gauche. Elle finit par parler, cette fois-ci, clairement. De son ton inquisiteur, et de sa voix apeurant, cela n’encourageait en rien les villageois à se calmait.

« Ô souverains ! Masques de chairs et de sang, images d'outre-monde qui portez le nom des gens comme une couronne ! Feu et sang de la guerre ! Réveillez la colère de la mer lointaine en une vague portant vos pas vers le sud ! »

Sitôt dit, son épée prit une toute autre couleur, une couleur bleutée magnifique... La couleur s'évapora en vague d'Eau, qui dégagea les gardes... Elle profita de ce petit arc de temps, elle s'enfuit vers l'un des côtés vide de garde. Arrivé dans une sorte de cachette, elle réussit à se substituer aux gardes... Pourquoi donc ? Elle était totalement vidée. La Magie utilisé l'avait totalement fatiguée, et il fallait qu'elle reprenne des forces...

« Tant de Gardes dans un simple village … ? »


Sur ces paroles, elle ferma les yeux quelques secondes, puis minutes. Après avoir entamé le Village, elle savait désormais que Cao Pi n'allait plus tarder. Après s'être reposé assez de temps pour pouvoir " taper à la physique ", elle se releva, et sortit de la cachette, avant de foncer sur la porte que Cao Pi aurait dû détruire...

Assez proche, désormais... Elle regardait la scène en délirant. L'Armée de Cao Pi qui rentrait, les gardes toujours plongés dans l'illusion, qui bavaient partout, et les gardes qu'elle avait assommé grâce à son Eau... Elle finit par se mettre en garde avec son katana...
Revenir en haut Aller en bas
Li Dian
Sous Officier
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Dim 22 Aoû - 22:20

La bataille avait déjà commencé, le gros des forces d’orochi avait attaqué la porte principale qui était, malgré la taille du village, assez bien défendu. Pendant que la bataille faisait rage à l’entrée principale du village résistant, Dian accompagné de quelques démons et soldats, habitués à l’infiltration furtif, passèrent la muraille en bois entourant le village, Dian passa de ruelle en ruelle et égorgea par derrière les quelques gardes qui patrouillaient dans le secteur. La petite troupe fit tout le temps cela jusqu'à ce qu’il arrive devant la base de ravitaillement où se trouvait, armes, flèches, nourritures et une infirmerie pour les blessés au combat… Dian ordonna à ses hommes d’entouré cette petite base, et de préparer les torches pour enflammer tout ce qui se trouvait dans le coin.

Tous les hommes et démons étaient prêt et attendaient le signal du général, Dian sourit voyant les villageois et soldats ne voyant rien arriver, il leva son bras droit et ordonna le lancement des torches qui commencèrent à enflammer la base de ravitaillement, les gardes et villageois prirent de panique ne savaient plus quoi faire.

« C’est le moment. Soldats ! Le moment est venu pour vous de vous régaler, faites votre boulot et tuer les tous ! *il reprit calmement* ah et bien sur… n’ayez aucune pitié. »

Dian sourit et laissa ses hommes foncés sur la base, les démons tuèrent tout humain sur leur chemin… la base de ravitaillement était entrain de devenir un cimetière ambulant. Mais pendant que ses soldats tuaient soldats et villageois ennemis, Dian était vulnérable et donc une cible prioritaire pour les résistants. Un archer humain tira une flèche sur Dian, qui se retourna d’un coup et arrêta la flèche pile avant que celle-ci lui transperce le crane… Il serra son poing, ce qui cassa la flèche et regarda l’archer qui avait peur maintenant, il ramassa rapidement une lance par terre et la lança sur l’archer qui le transperça et l’envoya dans le décor. Dian rit et regarda le ciel.

« Ah ! J’adore ses nouveaux pouvoirs… je suis devenue presque invincible... mais il me reste à tester mon nouveau jouet »


Dian sourit et vit plein de soldats du village l’entouré, il prit sa longue et grosse épée qu’il avait récupéré à l’armurerie dans le palais d’orochi… deux soldats ennemis foncèrent sur Dian qui riposta en envoyant, d’un coup d’épée, les deux humains dans le décor. Il rit.


« Venez vous battre humains ! Personne ne peut me battre désormais ! »

Les soldats attaquèrent tous en même temps, et Dian évita et contra leurs coups, son agilité s’était amplifié, tout comme sa force… il les transperça un par un, à chaque seconde passé au moins un corps de résistant tombé aux pieds de Dian. Le combat dura plusieurs minutes jusqu'à qu’il n’y ai plus personne… Dian sourit et rangea son épée recouverte de sang…

« Personne ne peut défaire le chevalier noir désormais… »


Puis il regarda son épée qui rayonnait légèrement… il sourit en la caressant.

« Cette épée… elle m’a changé, je me sens plus fort depuis que je l’ai, je me sens mieux… j’aime tuer maintenant… hum… mais j’y pense, je peux peut être m’en servir pour être encore plus fort… »


Il prit des deux mains sa longue épée, et se concentra. Il la fit briller encore plus, laissant ses cheveux devenir argentés et brillant… ses yeux changeaient de couleur en passant de couleur bleue à rouge. Puis il reprit son épée normalement et sourit. Un démon arriva devant Dian et s’agenouilla.

« Ah je me sens changé !... Qu’il y a-t-il démon ? »

« La base de ravitaillement est entièrement détruite que faisais nous maintenant votre seigneurie ? »

« Hum… nul besoin de stratégie quand on est chez Orochi, faites la chose que vous aimez le plus soldats ! Tuer tout ce que vous trouvez sur votre chemin, soldats, femmes, enfants, je ne veux aucun survivants ! Laissez-moi juste le maire de cette ville… en avant ! Direction le centre ville… *murmurant* et l’hôtel de ville… »

Les hommes de Dian le suivirent jusqu’au centre ville pour attaquer le village en plein centre, laissant un tas de cadavres et des débris de ce qu’était la base de ravitaillement ennemie.

Revenir en haut Aller en bas
Motonari Mōri
Le Seigneur déchu
Le Seigneur déchu
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Mar 24 Aoû - 23:42

Le sang de Cao Pi bouillonnait en lui, il le sentait parcourir à travers tout son corps. L’excitation le gagnait. La dernière fois que ce fut le cas, c’était lors de sa confrontation contre Lu Bu à la porte de Hu Lao même si cela n’avait rien de semblable au niveau de la situation actuelle... Mais rien que le fait de savoir qu’il allait pouvoir enfin s’en donner à cœur joie et ce, sans restriction quelconque et venant de quiconque aux alentours, suffisait à le faire trembler d’excitation. Cependant... Ses plans allaient devoir passer à la trappe et pour cause...

Aeria venait de prendre l’initiative de foncer droit sur le village et de percer la porte principale à l’aide de « magie » ? D’où cela venait-il ? Très certainement que Da Ji n’était pas inconnue à ce maléfice. Mais après tout, qui pouvait se venter d’être « normal » aujourd’hui ici même ? Car à ce qu’il pouvait apercevoir au loin, Li Dian avait aussi lui beaucoup changé par rapport au passé à croire que tous avaient laissé leur partie démoniaque prendre le dessus.

En attendant, tandis que Cao Pi était resté en arrière, prêt à mettre son plan machiavélique en route, Aeria et Li Dian étaient en train de mettre le bazar chez les troupes ennemies sans lui. Se rendant compte qu’il était inutile d’attendre d’avantage pour un plan qui n’avait plus aucun intérêt, Cao Pi, lui aussi, se mit en marche, épée en main et le sourire aux lèvres.

« Troupes ! En avant !!! Nous n’allons pas laisser les deux autres s’amuser tous seuls !!! N’ayant aucune pitié, ne leur laisser aucun répit, qu’il ne passe pas la nuit !!! »

Le sol tremblait, les troupes s’étaient mises en route, suivant Cao Pi en direction du village. Très vite, alors qu’ils étaient déjà occupés à se défendre à l’intérieur face à leurs ennemis, les humains allaient très vite se rendre compte que ceci n’était que le début. Le début de la fin. Leurs regards se portaient maintenant vers l’entrée du village et ce qui se dirigeait vers eux. La seconde salve des forces d’Orochi dirigée par le jeune Seigneur. Déjà en mauvaise posture face à une Aeria dotée de pouvoir mystérieux et un Li Dian plus puissant que jamais et armé d’une arme très étrange et qui leur avait coupé toute opportunité de fuite en plus, ils allaient maintenant devoir faire face à un ennemi supplémentaire... Tout semblait porter à croire que l’issue du combat était déjà décidée...

Mais alors que Cao Pi et ses hommes entraient dans le village, ils se rendirent compte qu’ils ne faisaient pas face à un bête rassemblement de paysans... Et très vite, ce qui ne devait être que de simples humains vinrent les accueillir. Des hommes d’une certaine stature, à bien y regarder, ils ne ressemblaient pas à de vulgaires soldats, non, des gardes et rapidement, la moitié de l’escouade de Cao Pi se retrouva à terre. Mais le jeune homme n’était pas pour autant plus effrayé que ça. Non car il avait pu analyser leurs attaques et se rendit compte que finalement, ils n’étaient pas si puissants que ça. Leurs coups étaient prévisibles, très lents et aussi très mal organisés. Aucune cohésion entre leurs attaques. Ce n’était pas comme ça qu’ils allaient pouvoir espérer ne serait-ce que blesser Pi.

* Pathétique *

Et c’est ainsi qu’à la deuxième charge, ce n’est pas l’effectif des soldats reptiles qui fut diminué de moitié mais bien les gardes humains avec pour chacun une mort différente mais tout aussi douloureuse mais plus longue pour certains... Membres sectionnés sans aucun moyen d’en ressortir vivants (évidemment, tout est calculé...), entrailles à l’air ou décapités, tous gisaient maintenant à terre dans leur propre sang. Très vite la peur gagna ce qui restait du groupe et ils s’en allèrent rejoindre leurs semblables en direction de la place centrale.

Tandis que les soldats reptiles allaient s’empresser de les poursuivre, Cao Pi les arrêta net :

« Traquez-les, poursuivez-les, ne laissez aucun survivants et brûlez tout. Ce village ne vaut même pas la peine que nous nous y attardions. Finissons-en au plus vite. »

Suivant les ordres qu’ils venaient de recevoir, les soldats partirent accomplir leur mission. Cao Pi, lui, ne se stressait pas autrement se contentant de tuer avec sang froid et calme tout villageois qui pouvait bien croiser sa route, aussi bien homme, femme qu’enfant. A tel point que pour finir, il ne regardait même plus ce qu’il tuait.

Le village résonnait au son des cris de désespoir des humains et de pleurs de femmes et enfants. Un son qui en rendrait fou plus d’un. Pourtant, Cao Pi ne semblait pas autrement affecté et arriva très vite à la place centrale du village où il y retrouva Li Dian. Sa « transformation » fut quelque peu déroutante au début pour le jeune homme mais y vit rapidement l’intérêt du pourquoi en découvrant avec quoi il se battait maintenant. Une énorme épée. C’est autre chose que la lance qu’il avait jusqu’à maintenant et c’est ce qui pouvait expliquer l’amas de cadavres aux alentours vu à la facilité à laquelle il avait pu en finir aussi rapidement avec pareille arme.

Tout en se rapprochant de lui, Cao Pi lava son arme, salie du sang de ses victimes d’un coup sec vers la terre.

« Quel changement dis-moi. Je compte sur toi pour m’expliquer comment tu as fait en si peu de temps pour devenir aussi puissant et... différent.

(...)
Il continua à le scruter tout en parlant...

Mais pour le moment, finissons-en ici, je ne vois vraiment pas ce qu’il pourrait y avoir d’intérêt à s’attarder dans ce village. L’on ne peut pas dire qu’ils opposent la moindre résistance pour le moment. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aeria
Sous Officier
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Mar 7 Sep - 16:38

    " Décapitation. "

    Une tête vola au sol, tant dis qu'Aeria prépara sa lame pour la prochaine attaque. Attaquant et faisant toujours ce qu'elle disait, elle finit par rejoindre Cao Pi et Li Dian, qui faisaient mumuses en parlant. Pour Aeria, c'était bien moins drôle que de voir les têtes voler, surtout quand c'est elle qui en était la cause. M'enfin, ils étaient des hommes, après tout. Les Femmes avaient une nette envie de voir du Sang giclaient, non ?.. Bref ! Aeria se rapprocha en dansant de Cao Pi, et fauchant les ennemis impressionnament, sur la route. D'ailleurs, arrivée derrière Cao Pi, elle se retourna puis sauta en arrière. Une fois passée devant Cao Pi, elle coupa la tête en deux d'un soldat qui osait approcher de sa proie, puis finalement atterrit sur le sol. Elle le regarda avec un sourire narquois sur le visage, puis repartit à l'assaut. Fauchant toujours, et toujours, tel la mort, bien qu'Aeria avait quelques ressemblances avec cette entité, elle finit par achever un Soldat dans la place centrale, puis rengaina son arme. Il en restait pourtant toujours quelques uns. Elle elles regarda avec des yeux de démons.

    S'approchant d'un coup, eux, ne l'ayant pas vu venir, assistèrent impuissant au brise-nuque qu'elle venait d'effectuer en sautant sur l'homme, puis avant de toucher le sol, elle s'agrippa à sa nuque et la lui brise, puis, effectuant une roulade en touchant le sol, elle l'emporta avec lui, et lui donnant un coup de pied dans l'estomac, l'envoya au loin, avec les pécores, qui pécoraient, justement, comme s'il n'y avait pas de massacre juste devant eux. Quels oiseaux, quels vies avaient-ils, d'ailleurs ? Vivant dans les airs, ne se souciant gère du monde humain. Aeria avait toujours aimé les oiseaux. Surtout cuits. Et avec une certaine sauces.


    ... Barbare.

    Pendant ses réflexions, un soldat avait tenté de transpercer Aeria. Esquivant avec une facilité déconcertant, puis le frappant aux centre des abdominaux, avec une précision déconcertante, elle lui donna après un coup au menton. Puis avec la tranche de main, frappa sa gorge... Pour celui derrière, elle sortit son Katana légendaire et unique, bien que tout soit unique en ce monde, et l'égorgea. Elle enleva le Sang de son épée, puis regarda le centre ville. Peu Importe si, il y était, ou non. Tout simplement car il allait mourir, ou perdre, va t'on dire, encore une fois, puis revenir.. Elle se retourna vers ses compagnons de marches, puis dit, simplement, d'une voix gentille et inhabituelle :

    " Je vous laisse passer, j'ai quelque chose à régler. "


    Intérieurement, elle pensa.

    * En fait, il faudra vraiment que je m'entraîne plus souvent, pour ne pas me fatiguer aussi souvent . Deux fois en une attaque... *
Revenir en haut Aller en bas
Motonari Mōri
Le Seigneur déchu
Le Seigneur déchu
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Lun 6 Déc - 23:03

De toutes parts, cris, larmes et effusions de sang berçaient les alentours de leurs belles mélodies... Enfin, cela dépend de quel point de vue mais cela n’avait pas plus l’air que ça de déranger le jeune Seigneur. Finalement, tuer des Hommes, sans pitié et sans retenue avait l’air de lui convenir. Il faut dire que déjà par le passé, il s’y était habitué à rester de marbre et d’être cruel. Il ne faisait que répondre à d’anciennes pulsions.

De leurs côtés, Li Dian et Aeria n’étaient pas en reste, ils s’en sortaient plus pas mal même, le village n’en avait plus pour longtemps

* Toutefois, Li Dian ne me semble pas dans son état normal et puis, il n’arrête pas de regarder cette épée... Arme que je n’avais jamais vue auparavant en plus. Il faudra que je règle cette histoire après, pour le moment... *

Cao Pi décida qu’il était temps d’en finir. Il n’avait pas que ça à faire et l’odeur du sang commençait aussi à le gêner un peu malgré tout tellement il était présent. Il prit donc la direction du centre du village, là où il pourrait en toute logique, trouver le Seigneur du village et les quelques derniers rescapés.

* Je doute fort qu’il se laisse faire mais il n’aura d’autre chose que de se rendre et de mourir ou de se battre et de mourir... Il n’existe pas d’autres issues pour eux maintenant... *

Chaos en main, Pi arriva comme prévu à la place du village. Mais cette dernière était encore bien gardée et abritait même quelques villageois, les enfants pour être plus précis... Enfin, pour quelqu’un de « normal », les quelques soldats qui se tenaient devant auraient pu être gênant mais vu que Cao Pi n’est pas quelqu’un d’ordinaire, ce ne serait que rigolade et très bientôt, l’on parlera d’eux au passé, soit... maintenant. Pas de chance pour eux, ils se trouvaient au mauvais endroit, au mauvais moment, la cible première de Cao Pi était le Seigneur hors, ils lui barrent le chemin, donc ils doivent mourir. Logique.

Maintenant, il ne restait plus que le vieux et les enfants... Qu’allait faire le nouvel homme de main d’Orochi ? Il siffla... et aussitôt, deux soldats reptiles arrivèrent.

« Oui mon Seigneur ?? »
« Que pouvons nous faire pour vous ? »

Il se tourna vers eux.

« Voici le Seigneur de ce village... Vivant... POURQUOI ?? Quels étaient les ordres ?! »

Un bref silence suivit... Il faut dire que Cao Pi n’avait pas pour habitude s’emporter, bien que cela se faisait de plus en plus en ce moment mais par contre, il le fit surtout alors qu’ils étaient en présence du Seigneur du village et des enfants. Avaient-ils vraiment le temps pour de telles futilités ? Apparemment, Cao Pi y tenait... Il faut dire qu’il a encore toutes ses preuves à faire en tant que nouvel officier et qu’il veut vraiment bien faire, comme s’il avait quelque chose à prouver... Il faut dire que sa rencontre avec Orochi l’avait changé, il avait vu en ce démon qu’il ne fallait pas plaisanter avec...

« ALORS ?!? Vous me répondez maintenant ?!? »

L’un deux se lança...
« Anéantir le village... »

Cao Pi l’applaudit.

« Bien, bonne réponse... Et donc, le Seigneur du Village est une exception? Il ne fait pas partie du village même s’il le gouverne ? C’est nouveau ça, je ne dois pas avoir la même logique que vous à priori... Peut-être que je n’avais pas été assez clair dans mes ordres pour vos petites têtes sans cervelle ?! »

Les deux soldats ne surent quoi faire ou même dire et restèrent crampés à leur lance. Cao Pi s’approcha d’eux, un sourire au coin de la bouche, presque inquiétant... Et d’un coup net, il trancha la gorge d’un qui s’effondra aussitôt par terre.

L’autre, paniqué, essaya de se défendre mais en vain, Cao Pi lui trancha le bras droit. Le soldat ne pouvant dès lors plus se défendre se mit à pleurer.

« Un démon ça ? Pathétique... »

Il l’acheva d’un coup en pleine poitrine, sous les yeux étonnés des villageois. Dès lors il ne restait plus qu’à régler le « problème » des survivants... Mais, le Seigneur du village, qui venait d’assister à une scène des plus étranges, ne put s’empêcher de prendre parole...

« Pourquoi ? Pourquoi faites-vous tout cela ? N’êtes-vous pas non plus un humain, comme nous ? Ne devriez-vous pas vous insurger contre le Roi Démon et vous battre aux côtés des vôtres ? »

Cao Pi rigola, fortement, certainement qu’on l’entendit loin. Mais ce que venait de dire le vieil homme l’amusa...

« Pourquoi ? La réponse est pourtant simple, les faibles meurent, les autres survivent, c’est comme cela dans ce monde... Et tout comme eux, vous êtes faibles donc... Vous allez mourir... »

Il se rapprocha d’eux tout, doucement.

« Vous savez, moi aussi au début je pensais comme vous. Que les Hommes doivent se battre ensemble, contre les démons. Mais très vite, j’ai vu et compris qu’il y avait un déséquilibre total entre les forces et que comparé à certains, j’ai su prendre l’initiative de faire changer les choses. J’ai ouvert les yeux.
A quoi bon combattre sous une même bannière si cela amènera à une fin incertaine ? Il faut savoir rester réaliste papy... Et malheureusement, c’est là où tu as eu tort car, maintenant, toi... et les enfants, allez mourir... pour qu’un nouveau monde puisse naître. »

« Monstre... J’espère que tu périras dans les flammes de l’Enfer ! »

Cao Pi, leva le bras et s’apprêta à abaisser Chaos sur la tête du vieillard.

« Moi aussi... Je l’espère... Moi aussi... »
puis abaissa sa lame. De larges giclées de sang allèrent se poser sur les enfants qui se tenaient juste derrière. Sous le choc, essayant de s’enfuir, ils firent vite rattraper par des démons et massacrer...

C’est ainsi que le village, était à présent, quasiment aux mains de Cao Pi et son groupe, ne restait plus qu’à traquer les tous derniers rescapés et ils n’avaient plus qu’à partir... Cao Pi lui, fatigué, s’assit sur un banc, déléguant ses derniers ordres...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Feng Huo
Soldat de Cavalerie
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Lun 20 Déc - 17:21

Le temps avait vite changé. Mais cela ne gêna nullement Feng Huo, il commençait à être habitué par les intempéries. Par contre, pour Lang Jia, ce fut moins plaisant : après tout, elle restait une femme. Ils avaient quitté le territoire d'Orochi depuis plusieurs jours, en faisant le moins de halte possible. Lang Jia n'arrivait pas à supporter cette marche forcée, à tel point que se fut son frère adoptif qui la portait sur son dos. Ils étaient allé tout le temps dans la direction qu'on lui avait indiquée, mais ne vit que bien après leur départ ce fameux village. Des cris se firent entendre. Feng Huo posa gentiment sa soeur sur le sol et dégaina son arme en se rapprochant gentiment, de peur de retomber dans une embuscade. Un guerrier humain couru dans leur direction, et s'arrêta net en voyant les deux voyageurs avant de crier :

"Vous faites partie de ces sauvages ? Mourez !"

Feng Huo ne comprit pas ce qu'il voulait dire, mais il ne se posa plus de question quand il vit cette personne chargé. Il s'avança de quelque pas, sauta quand son adversaire frappa en posant son pied gauche sur le poignet portant l'arme, son pied droit sur l'épaule, et pour finir, enfonça sa lame dans la nuque, ressortant juste en dessus de sa propre jambe. Il sauta à nouveau, dégageant son épée, en faisant un simple périlleux.

"Je vais voir ce qui se passe ! Reste ici pendant ce temps !"

"Mais je..."


Il ne lui laissa pas le temps de parler et couru vers le village. Il rencontra d'autre personnes, ou plutôt créatures, semblable à celles qu'il avait vu dans le territoire d'Orochi. Ces dites créatures, au nombre de deux, l'attaquèrent. Il évita de justesse leur premier assaut en se baissant, puis contre attaqua simplement en plaçant son pied derrière un de ses opposants, le faisant tomber en se relevant pendant qu'il planta sa lame dans le palet d'un autre. Il se recula ensuite de façon gracieuse faisant face au combattant restant qui se relevait. D'un simple mouvement dont la trajectoire forma un arc de cercle vers le bas, il planta l'épée dans la jambe. Puis, en évitant de nouveau la lame de son adversaire, se plaça derrière lui. Il prit appuis sur le bout de la lame dépassant du genoux pour sauter par dessus le guerrier. Celui-ci se retourna, mais ne trouva personne. Normal puisque Feng Huo venait de sauter de l'autre côté. Ce dernier poussa avec son le bout de lame, dégageant l'épée de l'emprise du genoux. Le soldat d'Orochi fit un mouvement rotatif pour attaquer le jeune forgeron. D'une simple roulade, il saisit à nouveau son épée et la planta dans le dos de son ennemis. Après ce combat, il se dirigea vers la place du village, là où il pourrait éventuellement trouver des survivants. Il y trouva effectivement un homme, un guerrier, qui semblait donner des ordres.

*Un guerrier... si ce village est bien celui indiqué, il se pourrait que ce soit celui que je cherche. Mais prudence... un simple faux mots, et je me retrouverais mort...*

Il s'approcha gentiment de cette personne, mais resta quand même à une certaine distance. Il vérifia qu'aucun danger imminent ne le menaçait avant de s'exprimer

"Êtes-vous bien Cao Pi ?"

Le guerrier se retourna, au vu de sa réaction, ça devait effectivement être lui.

"Je... je me nomme Feng Huo, cela fait plusieurs mois que je vous cherchais. Vous m'avez sauvé la vie dans le passé. En faisant ça, j'ai une dette envers vous, une dette que je ne pourrais que difficilement m'en défaire. Je vous prie de bien vouloir m'accepter à vos côtés, je ferais de mon mieux pour rembourser cette dette !"

*Faites qu'il accepte...*

Revenir en haut Aller en bas
Motonari Mōri
Le Seigneur déchu
Le Seigneur déchu
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Dim 26 Déc - 13:11

Cao Pi était las... Cette mission, ennuyeuse finalement. Les quelques villageois qu’il avait rencontré ne lui avaient donné aucun mal et il ne s’était pas vraiment amusé à les massacrer ; trop facile. Mais, bientôt, quelque chose allait bouleverser cette morosité, quelqu’un arrivait et apparemment il savait ce qu’il faisait car il ne tarda pas à se rapprocher de Cao Pi et même lui adresser la parole... Fou ? Suicidaire ? La réponse n’allait pas tarder...
L’homme qui se présenta devant lui se prénommait Feng Huo. A priori, les deux hommes s’étaient déjà rencontrés et pourtant... Le jeune Seigneur ne s’en souvint pas... Il releva la tête pour voir à qui il avait affaire. Ses yeux, sans peur ni reproches, scrutait ce nouvel arrivant à la recherche de souvenirs, de petits détails qui feraient qu’il se souviendrait de quelque chose.

« Non... Décidemment, je ne me souviens pas de toi. »

Il se leva. Et tourna autour de cet homme et repris la parole.

« Franchement, je ne vois pas pourquoi je me serais fatigué à te sauver. Tu n’as décidément rien de spécial et n’a même pas l’air d’être un guerrier exceptionnel à ce jour... Qui me dit que tu ne cherches tout simplement pas à sauver ta peau maintenant ? »

Cao Pi alla se rasseoir, aucune raison de rester debout et se fatiguer inutilement... Il jeta un coup d’œil par-dessus l’épaule du jeune homme et vit une jeune femme, apeurée. Cela lui donna alors une idée...

« Je vois que tu ne voyages pas seul... Accompagné par une charmante jeune femme... C’est une lourde tâche que de devoir veiller sur quelqu’un. »

Il regarda d’un peu plus près leurs réactions et s’aperçut de quelque chose d’intéressant.

« Surtout lorsque les sentiments sont mêlés. » *rires*

Cao Pi se leva, sourire aux lèvres, et alla assez proche de Feng Huo. Seulement quelques centimètres les séparaient maintenant.

« Penses-tu pouvoir la protéger sérieusement ? »

Il marcha un peu... Alla tourner un peu du côté de cette jeune femme justement. Cette dernière n’avait vraiment pas l’air rassurée et ce n’est pas les dernières paroles de Cao Pi qui l’aurait convaincue. Non, elle tenait tout juste sur ses deux jambes. Très belle jeune femme, pas une de ces paysannes que l’on trouve au coin de la rue.

Quel dommage pensa alors Cao Pi...

Il sorti Chaos de son fourreau et alla se remettre devant les deux jeunes gens.

« Bon, trêves de bavardages maintenant. Je te laisse une seule chance pour me convaincre de ne pas vous exécuter sur le champ. Sois très concluant, mieux que cette histoire de dette, sinon toi et la jeune femme, vous y passez. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Feng Huo
Soldat de Cavalerie
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Lun 27 Déc - 16:17

Le guerrier ne se souvint pas de lui, et en soit, cela ne l'étonna guère. Après tout, si un guerrier se souvenait de toutes les personnes qu'il croisait, ce serait au niveau même du miracle ! Cao Pi lui indiqua que sa soeur l'avait suivi. En se retournant, il eut une mimique faciale qui fut mal interpréter par son interlocuteur. Il commençai très sérieusement à douter du bien fonder de sa quête... n'était-il pas en voyage pour trouver un homme qui lui avait sauvé la vie ? Il semblait être le dirigeant des hostilité. Quoi qu'il en soit, sa dette était là, et il se devait de la régler ! Cao Pi, pour finir les menaça.

"Mais... je viens de vous dire que j'ai une dette envers vous, si je vous blesse, je..."

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que son adversaire l'attaqua d'un coup de tranche. Il esquiva sans problème en sautant par dessus la lame, atterrit sur ses mains, et se propulsa en arrière, de façon à s'éloigner. Il finit enfin par dégainer son arme, mais ne se mit nullement en position défensive.

"Je ne comprends pas pourquoi vous voulez qu'on se batte ! Je vous suis redevable. Pourquoi tentez-vous de me tuer ?"


De nouveau, il n'eut aucune réponse, mais une attaque. Il esquiva à nouveau, en sautant en arrière, mais un pan de son vêtement fut tranché. Il fit une roulade sur le côté de nouveau dans le but de s'éloigner de son adversaire. Il finit par prendre une décision, qu'il allait peut être regretter après...

"Si vous voulez dire que vous êtes en train de tester mes compétences, je vais alors attaquer, mais sachez que je m'en voudrais si je vous blesse !"

Il sauta sur le mur d'une des maisons avoisinante, avant de se propulser contre son ennemi. Les lames s'entrechoquèrent. En tombant, de sa main libre, il appuya sur la lame adverse pour éviter d'être blesser. Ce genre de technique était souvent mortel, dut à la surprise de l'adversaire, mais extrêmement dangereux lorsqu'elle parée. Et ça ne manqua pas ! A peine eut-il touché le sol qu'un morceau froid déchiqueta une partie de sa peau dorsal. Il refit une roulade sur le côté, pour s'éloigner, mais la poussière lui rentrant dans la blessure lui fit plus mal qu'il ne le pensait. Effectivement, cet homme n'aurait eu aucun soucis de le sauver des bandits qui les avaient attaqué, il y a quelques temps...
Revenir en haut Aller en bas
Motonari Mōri
Le Seigneur déchu
Le Seigneur déchu
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Mar 4 Jan - 0:46

Le jeune homme avait enfin compris, Cao Pi n’allait pas lui laisser le choix, ils devront se battre pour régler la situation. Mais pourquoi ? Finalement, qu’avait le jeune Seigneur à perdre à croire ce que Feng lui avait dit ? Tout simplement parce qu’il voulait voir si cet homme, qu’il avait ou pas sauver jadis de bandits, s’était améliorer dans les arts martiaux et méritait de vivre dans ce monde de chaos où ne survivent que les plus forts surtout s’il s’avérerait que ce jeune homme ira suivre Cao Pi au château du démon Orochi. Pas n’importe qui ne peut y être amené et le jeune Seigneur sait qu’il ne peut pas non plus faire comme bon lui semble pour le moment et ramener n’importe qui devant son nouveau Seigneur. Pas encore après leur première rencontre qui fut plus que désastreuses surtout...
Non, il allait tester ici, maintenant, les capacités du jeune homme et s’il venait à mourir et bien, il mourra se disait Cao Pi. Les faibles meurent et les forts continuent à vivre, c’est ainsi et tristement selon les points de vue, la nouvelle façon de penser du jeune Seigneur...

Revenons au combat et c’est Cao Pi qui lança évidemment la première attaque. Feng réussit la première passe d’armes sans problème, l’esquivant de bonds. Apparemment, le jeune homme n’était pas mauvais avec ses jambes et savait s’en servir autrement que pour fuir comme le font la plupart. Cependant, la suite du combat n’allait pas se dérouler aussi facilement.

« Si tu as le temps de parler durant un combat, préfère l’utiliser pour évaluer la situation, ton adversaire et te concentrer. Garde ton énergie pour quelque chose qui t’est plus utile. »

C’est ainsi que Feng reçut sa première blessure dans ce combat.

« Je vais te donner un conseil. Ne fais jamais de cadeau à un adversaire, quel qu’il soit. Car ce dernier ne t’en fera jamais lui. C’est un combat, pas un salon de thé. »

Cao Pi arrêta là les belles paroles et se dirigea vers son adversaire qui avait apparemment compris que le jeune Seigneur n’allait pas lui faire de cadeaux et que lui aussi devait en faire de même. Les passes d’armes devenaient intéressantes, chacun ne retenant dès lors plus ses coups. Pourtant, l’expérience d’un se faisait sentir sur l’autre. Cao Pi avait certainement combattu plus souvent que son adversaire et n’avait pas autant l’habitude des joutes mais avec de l’entrainement, pourrait combler ce manque par ses aptitudes à l’esquive. Car si Feng n’était pas aussi doué que Pi aux arts martiaux, ce dernier pouvait au moins se vanter de pouvoir esquiver bien quelques coups pourtant bien portés avec une grande précision et efficacité.

* Ce garçon a du potentiel. Ce qui lui a fait défaut jusqu’à maintenant c’est quelqu’un avec qui s’entraîner et l’aider à améliorer son style. Car avec ses dons d’esquive, il se peut qu’il devienne un adversaire redoutable. Cela pourrait être intéressant... *

Et pourtant, ce que Cao Pi venait de critiquer à Feng, il venait de le faire, se déconcentrer en plein combat et évidemment que son adversaire n’allait pas attendre bien gentiment qu’il reprenne ses esprits. Cao Pi, absorbé dans ses pensées n’avait pas vu que le jeune homme fonçait droit sur lui et il était maintenant tout proche. Ne restait dès lors pas beaucoup d’options à Cao Pi pour faire face...

« Maintenant ! »

KLING.
D’un coup sec vers le haut, il stoppa net l’épée de Feng.

Les deux épées s’entrechoquèrent jusqu’à faire des étincelles. Chacun ne voulait pas céder et cela pouvait se lire dans leurs regards. Pourtant, quelque chose allait se produire. Quelque chose qu’il aurait été difficile de prévoir, une des deux armes fut projetée au loin. Une légère flaque de sang commençait à se former par terre, gouttelette par gouttelette. Les deux hommes s’arrêtèrent, reculèrent pour prendre un peu de distance et faire le point sur la situation.
C’est la joue gauche de Cao Pi qui s’était soudain mise à saigner. S’en rendant compte, il passa sa main pour essuyer sa plaie, puis eu un sourire aux coins des lèvres.

« Bien joué...
Il alla ramasser son arme, regarda si elle n’avait rien eu et se repositionna.

Mais ne crois pas que tu peux te reposer pour autant !!! »

Il ne laissa aucun répit à son adversaire et fonça à nouveau sur lui. Qu’allait faire Feng ? Cao Pi avait l’air vraiment décidé à en découdre avec lui ici-même...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Feng Huo
Soldat de Cavalerie
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Mar 4 Jan - 21:32

La douleur qu'il sentit sur son dos réveilla quelque chose en Feng Huo. Il allait mourir ! Mais contrairement à quand il était en face d'Orochi, il ne ressentit pas la peur. Au contraire, il était étrangement calme, comme si cela lui convenait que ce soit ce guerrier qui lui prenne la vie. Cependant, une simple phrase du dit guerrier lui fit sortir de cette torpeur maligne. Une erreur que lui n'avait jamais fait : donner un conseil à son adversaire. Cela voulait-il dire que son opposant espérait réellement quelque chose de lui ? Il fixa son adversaire s'approchant, et se mit en garde. Il n'avait plus rien à perdre ! Le guerrier qui lui faisait face était assez puissant pour parer n'importe le quel de ses coups sans aucun problème. Il lui fallait donc survivre le plus longtemps possible !

Dans l'échange de coups qui s'en suivi cette courte réflexion, Pi eut un moment de distraction, bien que Feng crut à une ruse de sa part, il attaqua tout de même. Après tout, s'il ne l'attaquait pas, celui dont il était l'obligé n'en serait que plus mécontent. Quand les lames s'entrechoquèrent, les étincelles qui émirent des armes réveillèrent quelque chose presque oublié...


*Des étincelles... ma forge... Lang Jin... Jia...*

Il regarda vite derrière lui, elle était toujours là. En se retournant, il vit le guerrier en train de le charger. Il allait utiliser un de ses avantages, un des rares, dû à son expérience. Il esquiva l'attaque de son adversaire en arquant son dos, posant ses mains par terre, et passant ensuite ses jambes par dessus son corps, après que la lame ait passé, faisant qu'un de ses pieds passa près de la joue ouverte de son adversaire. Tout de suite après être de retour sur ses jambes, il se décala et entra dans une maison en train de brûler. Il fut donc un court instant dans un angle mort, profitant de ce moment pour prendre un morceau de bois incandescent. Il se plaça bien au fond de ce bâtiment et attendit que son adversaire entra. A ce moment, il jeta son arme improvisée contre Pi, et le chargea. La suite du combat fut brutal : Son opposant dévia de sa lame l'arme de jet, et réussit à parer sa charge. Fang Huo lança une multitude d'attaque, que Pi eut plus de peine à parer que précédemment. L'habitude des forges, voilà ce qui pourrait l'aider à faire la différence !

Cependant, après plusieurs minutes de combat à l'intérieur de la maison enflammée, il entendit un cri...


"Lang Jia !"

Il se déconcentra un court instant, qui fut puni par une large entaille sur son épaule gauche.
Revenir en haut Aller en bas
Motonari Mōri
Le Seigneur déchu
Le Seigneur déchu
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Dim 9 Jan - 12:30

Feng Huo ne se débrouillait pas trop mal encore, grâce à son don en esquive et ses quelques talents en art martial il arrivait à tenir tête à Cao Pi. Pour le moment.

Dans un combat, plusieurs facteurs doivent être tenus en compte pour son bon déroulement et le jeune homme avait compris quelque chose, l’environnement très instable du village, en pleine destruction, pourrait peut-être l’y aider. Dès lors, il entra dans une baraque. Cao Pi, ne voyant pas là le moindre signe d’un plan ou autres embuscades le poursuivit. Mais il se rendit vite compte qu’il fit erreur. Feng essaya de l’avoir par surprise en lui jetant un bout de bois. Cependant, Pi n’était pas né de la dernière pluie et la tentative d’attaque de son adversaire échoua. Les deux hommes allaient de nouveau devoir en découdre par les armes...

Les derniers échanges qu’ils eurent furent beaucoup plus intenses. Et au moment où rien ne semblait les départager, un cri à l’extérieur déstabilisa Feng. Il s’agissait de la jeune femme qu’il avait laissée derrière lui.

Ne se rendant à nouveau pas compte de son erreur, Feng Huo y gagna un joli coup à son épaule gauche. Cao Pi n’avait aucune raison de s’arrêter et pourtant, il le fait, rangea son arme.

« Tu n’es encore qu’un gamin malheureusement... Dans un combat, rien ne doit te déconcentrer de ton objectif principal. C’est la vie ou la mort. Tu crois qu’un adversaire t’aurait simplement donné un coup à l’épaule en temps normal ? »

Il laissa Feng réfléchir deux secondes puis reprit.

« Crois-tu que si tu te fais tuer dans un moment aussi stupide d’inattention comme celui-ci que tu pourras continuer à la protéger ? Certes elle doit avoir des ennuis mais tu n’es pas dans ton avantage non plus, garde ton objectif en tête... »

Cao Pi soupira...

« Va la voir, va la sauver maintenant... »

Feng ne perdit pas une seule seconde et sortit en vitesse de la maison pour aller voir ce qu’il se passait. Cao Pi, lui, le suivit, tranquillement afin de voir ce qu’il pouvait bien se tramer et, s’il le fallait, intervenir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Feng Huo
Soldat de Cavalerie
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Lun 17 Jan - 15:55

Feng Huo se tenait son épaule. Il écouta rapidement ce que lui dit Cao Pi, enregistrant ces paroles sans pour autant en comprendre tout de suite le sens, il ne pensait que à celle qui l'accompagnait, et couru donc dès que possible vers l'extérieur. Là, ce fut pour lui une vision d'horreur ! Lang Jia ayant perdu conscience, un démon juste en face d'elle tenant le bras droit de la jeune fille, bras qui n'avait plus de lien avec le corps. Il n'attendit pas longtemps pour s'avancer jusqu'à cette chose qui avait osé attiser la colère du jeune forgeron ! Il se mit à terre, roula rapidement sur le côté, de manière à ce que la bête le voie, et lui planta rapidement son épée dans la gorge, avant qu'il ne puisse réagir. Il s'accroupit ensuite proche de sa jeune "soeur". Il ne prit pas longtemps pour réfléchir, il prit un morceau de bois flambant dans les alentours et l'appliqua sur sa blessure. Nul ne saurait dire si c'est la douleur ou l'odeur de chaire grillée qui l'avait réveillé, bien que le premier choix doit être le bon, mais elle se mit à hurler ! Quelques secondes plus tard, elle commence à reprendre totalement ses esprits, en remarquant son bras manquant notamment. Elle se mit alors à pleurer. Chose compréhensible après tout. Feng se releva, et refit face au guerrier, qui était alors sortit de la maison. Et c'est là qu'il parvint enfin à comprendre, ou plutôt, c'est à ce moment qu'il réfléchit à ce qu'il lui avait dit...

"Je vais vous répondre à ce que vous m'aviez dit tout à l'heure. Dans l'immédiat, si je n'avais fait aucun mouvement pour aller l'aider, elle serait morte. Donc, si je ne m'étais pas déconcentrer, comme vous l'avez dit, je combattrais toujours contre vous, et elle n'aurait pu y survivre. Pour moi, l'important est qu'elle soit sauve ! "

Un discours reposant sur peu de base. Quoi qu'il en soit, Feng s'agenouilla devant son adversaire, et demanda d'une manière assez respectueuse la décision de son ancien sauveur quand au "recrutement" sous ses ordres. Chose qu'il n'attendit pas longtemps la réponse.

Pendant ce temps, la jeune fille restait à terre, continuant à pleurer, tenant dans sa main le bras qui lui fut enlevé, essayant désespérément de le poser sur son épaule brûlée. Au bout d'un moment, elle ne put résister à la douleur et s'effondra. La dernière chose qu'elle vit fut Cao Pi, s'avançant vers l'homme qu'elle aimait, l'épée sortit...
Revenir en haut Aller en bas
Motonari Mōri
Le Seigneur déchu
Le Seigneur déchu
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Lun 17 Jan - 22:05

Dehors, un spectacle auquel Cao Pi s’était préparé se dessina. La jeune femme avait été attaquée durant l’absence des deux hommes par un soldat reptile. Ce dernier n’avait trouvé rien de mieux que de lui amputer un bras, ce qui mit le jeune homme hors de lui. Il ne tarda pas à aller lui rendre la monnaie de sa pièce, il l’exécuta... La jeune femme était inconsciente, dû au choc. Son ami se dépêcha de nettoyer la plaie mais il est certain que des soins plus appropriés lui seraient nécessaire pour sa bonne guérison, et très vite. Cependant, à moins d’un miracle, son bras, est perdu à jamais...

Après avoir entendu les raisons du pourquoi du comment de l’agissement de Feng auparavant, Cao Pi allait à son tour prendre parole. Il se rapprocha du jeune homme, épée en main.

« Soit... » et il rabaissa sa lame. Ce qui dut étonner Feng...

Pi n’avait rien à dire de plus, tout avait déjà été dit. Et si une telle situation avait eu lieu il y a quelques mois, nul doute que le jeune Seigneur aurait très bien pu faire face au même choix que Feng. Lui aussi était très proche d’une jeune femme. Cao Pi, bien que changé, n’oublie pas son passé et quelques pensées pour Kunio lui vinrent à l’esprit, leurs derniers moments à Izumo.

Le silence avait maintenant envahit le village. Une ambiance morbide s’était installée au milieu des corps et des flammes qui détruisaient tout sur leur passage. Plus aucun cri, plus aucun crissement de lame, le néant. La mission était accomplie. Cao Pi, Li Dian et les autres avaient réussi. Mais l’heure n’était pas à la discussion, ils avaient une blessée et aucun n’avait de connaissance assez forte en médecine pour guérir telle blessure...

« Rentrons à Koshi. il se tourna vers les deux jeunes gens.
Le Roi Orochi pourra peut-être vous aider. »

* Enfin, nous n’avons rien à perdre... tout à y gagner... *

Pensant que son nouveau maître pourrait éventuellement faire quelque chose pour la jeune femme, il prit la décision de prendre le chemin du retour au plus vite. Li Dian et Aeria, absents pour le moment, resteraient en retrait tandis qu’un premier groupe dirigé par Cao Pi retournerait à Koshi. Il appela un soldat et le chargea d’une mission.

« Retrouve les généraux Li Dian et Aeria et dis leur que nous avons du partir en avant pour Koshi et qu’ils doivent nous y rejoindre dès qu’ils sont prêts. Allez ! »

Il retourna vers les deux jeunes gens.

« Vous avez entendu je pense ? Nous retournons à Koshi. Nous n’avons plus rien à faire ici et plus tôt nous y arriverons, plus tôt cette blessure pourra y être mieux examinée. Je ne sais pas encore s’ils pourront faire quelque chose mais ce sera toujours mieux que de continuer à vous lamenter ici...

Feng, aide-la à se lever s’il le faut, nous partons ! Des chevaux nous attendent à l’entrée du village. Je pars en avant, faites-vite. »

* J’ai hâte de rentrer maintenant... De grandes choses vont avoir lieu. *

C’est ainsi que tournant le dos aux deux jeunes, Cao Pi pris la direction de l’entrée du village. Il n’avait plus rien à faire ici, d’autres missions l’attendaient dès à présent et si il était en compagnie de deux autres personnes en arrivant à Ira, Li Dian et Aeria, c’est aussi accompagné de deux personnes qu’il allait maintenant quitter le village...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Feng Huo
Soldat de Cavalerie
avatar


MessageSujet: Re: Le village d'Ira   Jeu 20 Jan - 21:24

Feng écouta le discours de son chef, du moins, c'était ce qu'il pensait qu'il était actuellement. Il prit donc Lang Jia, passant son seul bras par dessus sa nuque, et la porta jusqu'au chevaux. Là, il l'installa sur un qui avait fraîchement perdu son maître, et s'installa à son tour derrière elle, la maintenant entre ses bras. Il commença la chevauchée lorsque les guerriers lancèrent leur monture au galop. Ils les suivit du mieux qu'il put, car peu habitué à "conduire" un tel destrier. Il regarda en arrière, pour voir une dernière fois le village détruit.

"Feng Huo..."

"Qu'y a-t-il ?"

"Je ne sais pas... je ne sens pas mon bras..."

"C'est que... tu l'as perdu..."

"Et je me sens un peu... balancer..."

"On est sur un cheval, ne t'inquiète pas, on va bientôt s'occuper correctement de ta blessure."


Après ces derniers mots, elle se rendormit. Et elle ne se réveilla que bien plus tard, avec une "surprise" pour son bras.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le village d'Ira   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le village d'Ira
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Récits de la bataille au village orc (Trépas d'Ogrim)
» UN VILLAGE ORK BADMOON POUR LA DCA 2009
» Le vieux village et son temple abandonné
» luciole et kaval au village :°)
» le village Bad Moon devient une ville !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dynasty-Samurai Warriors, le Forum :: Territoires de Chine :: Autres régions-
Sauter vers: